Le green IT appelé aussi informatique vert ou éco-TIC (Technologie de l’Information et de la Communication) est un concept qui permet de réduire l’empreinte écologique dûe à l’utilisation du matériel informatique et technologique.

De manière générale, il s’agit de réduire les nuisances rencontrées dans le domaine des équipements informatiques durant l’ensemble de sa durée de vie.

De ce fait, le green IT est un concept utilisé aussi bien lors de la fabrication que lors de la fin de vie. C’est une question et une solution envisagées par les entreprises pour s’inscrire dans un procédé éco-responsable de leur activité. Elles ont alors à leur disposition deux types de mesures :

  • Des mesures concrètes liées à la fabrication et à l’utilisation du matériel. Ces mesures permettent de diminuer les gaz à effet de serre, l’empreinte carbone et plus généralement d’améliorer l’efficacité énergétique de leur produit. C’est le cas par exemple, lorsque les constructeurs de smartphone se penchent sur les batteries au lithium, le taux d’absorption des ondes ou les matériaux utilisées pour leurs produit.
  • Des mesures théoriques, liées à la politique interne de l’entreprise et de sa mise en place. Elles sont tout aussi importantes, car elles permettent de situer l’entreprise sur le long terme concernant la question du développement durable. Dans ce cas, l’entreprise optera pour un éclairage basse consommation dans ses points de vente, du papier recycler, des communications électroniques avec ses employés ou l’utilisation d’un cloud pour stocker les données en évitant de les dupliquer sur plusieurs serveurs.

Avoir une politique de green IT répond à une problématique essentielle, dans la situation tendue du marché qui est celle de la réduction des coûts. Ils sont essentiellement de 3 ordres :

  • Réduire les coûts : une des préoccupations première de toute entreprise est de réduire sa consommation électrique qui s’en trouve considérablement augmentée par l’utilisation permanente des ordinateurs. Dans ce cadre, les entreprises préféreront la virtualisation et le Cloud pour stocker tous types de documents et les transmettre à tous les employés : évitant imprimante, abus de papier, perte de document et locaux pour stockage de documents. De ce fait, l’entreprise diminuera ses frais électriques et ses frais généraux. De plus, en se dotant de meilleurs outils informatiques avec moins de machines mais des machines optimisées, l’entreprise limite le coût de son matériel. C’est l’utilisation d’un matériel intelligent doublé de logiciels intelligents capable de s’adapter à tous types de tâches et de s’aligner sur la politique green IT de l’entreprise qui diminuera le coût de l’informatique.
  • Réduire l’empreinte carbone : sur ce point, c’est plus un aspect légal quelque fois qu’une véritable volonté des entreprises. Néanmoins, aujourd’hui, les entreprises doivent mesures et œuvrer dans le sens de la restriction de ses émissions de dioxyde de carbone. La loi a pour cela établi un cadre strict et a mis en place de nombreuses sanctions, notamment financières, pour le non respect de ses normes.
  • Recycler : tous les composants d’un ordinateur sont devenus nécessaires. L’entreprise va donc choisir un fournisseur lui garantissant une fabrication éco-responsable de ses produits. C’est aussi dans ce but que de plus en plus d’entreprises donnent ou recyclent leur ancien matériel informatique auprès d’association ou de sociétés.