À l’ère actuelle où le numérique régit le quotidien, le matraquage publicitaire sur internet se fait de plus en plus intrusif. D’où la naissance des Do Not Track et des Adblocks. Ces solutions sont censées limiter ce matraquage. Néanmoins, ne croyez-vous pas qu’il s’agit d’une stratégie marketing de ceux qui en font la promotion ?

 

La propagation des publicités sur la Toile

Il serait de mauvaise fois de ne pas accepter le fait que la publicité est nécessaire, sinon essentiel au développement de l’économie du Web. Toutefois, la trop grande propagation des publicités sur la Toile est assez dérangeante pour les internautes qui se sentent parfois harcelés, voire attaqués. Cependant, sommes-nous certains que le blocage publicitaire sur Internet soit la meilleure des solutions ? De plus, sait-on réellement à qui cela profite ? Les promoteurs des solutions de blocage ne sont pas si altruistes puisqu’il s’agirait d’une ingénieuse stratégie commerciale parfaitement étudiée.

 

L’écosystème du web financé par les publicités

Aujourd’hui, l’écosystème du web est en majorité fondé sur la gratuité. En effet, les annonceurs couvrent l’essentiel des coûts de production d’un service mis à la disposition des internautes. Cela signifie en clair que la publicité sur la Toile est ce qui finance principalement les contenus auxquels nous avons accès. Il est alors étonnant de constater que des enseignes telles que Free, Microsoft et la Fondation Mozilla se lancent dans l’intégration des fonctions de blocage publicitaires. Si cela peut satisfaire les attentes de certains internautes, cela risque d’avoir des conséquences désastreuses sur l’économie du Web à terme.

 

À qui le blocage profite-t-il réellement ?

En effet, la question demeure entière. Des experts analystes ont jugé que la décision de Free était une stratégie et non un souci d’éthique. Si l’enseigne promet une expérience de navigation optimale à ses abonnés, il ne s’agit que d’un pansement pour cacher la plaie. La réalité serait que Free cherche à faire pression sur Google afin d’en obtenir une entente d’échange de trafics payant. Le fait de vouloir réguler certains contenus peut également être une tactique commerciale. Les enseignes qui adoptent cette politique redorent leur blason en se montrant empathiques envers les internautes.